Retour au travail ce matin : bébé hirondelle est vivant mais semble faible.

"Il agonise, il agonise... moi je le trouve bien vif pour un oisillon qui agonise, il essaie de s'envoler !" Surprise, je file vérifier. L'espoir revient. Effectivement il bouge bien et remue ses ailes. Pourtant, les adultes qui nourrissent les petits juste au-dessus dans le nid ne semblent vraiment pas s'y intéresser...

20150721_104442

20150721_104604

Aujourd'hui j'étais partie au travail avec un mélange déshydraté que je donner aux oiseaux du jardin l'hiver. Faute de mieux, nous tentons de lui donner des vers de farine déshydratés. C'est un travail d'équipe, une collègue prête sa pince à épiler ;-). Mais aujourd'hui il fait beau, il est en plein soleil, nous doutons sur la conduite à tenir. Pour l'instant, nous lui donnons de quoi recouvrer quelques forces.

20150721_104644

20150721_104653

J'affine mes recherches et tombe sur toutes sortes de conseils parlant de croquettes pour chats écrasées (les croquettes hein pas les chats !), de pâtées pour chats, oiseaux, patées "maison" à base d'oeuf etc. Puis autant de site disant "surtout pas ce genre de nourriture", surtout pour certains oiseaux comme les hirondelles qui ont un régime alimentaire particulier.

On parle aussi beaucoup des vers de farine, ça me semble être le mieux, le plus proches de la nourriture "naturelle" de l'oisillon.

Quand à l'eau (avec un peu de sucre et de sel), je lis qu'il faut prendre beaucoup de précautions : à donner à la seringue directement dans l'oesophage en évitant absolument la trachée...

Sur la pause de midi, direction l'animalerie : vers de farine tout fringants bien vivants (hmmm ! tout-à-fait appétissants) + seringue gentiment offerte par un vendeur. Entre-temps j'ai contacté la LPO du département par mail. 

Nous commençons à nous relayer environ toutes les 20 minutes, à 2, pour le nourrir.

En début d'après-midi, réponse de la LPO Finistère : prendre absolument conseil auprès du centre de soins de l'Ile Grande.

Au téléphone, un accueil très agréable, un bel échange plein d'espoir, dont il ressort :

- que nous faisons tout-à-fait ce qu'il faut (et qu'il faut surtout bien écraser les mandibules des vers avant de les donner pour éviter qu'ils ne dévorent l'oisillon de l'intérieur : conseil précieux !!!!),

- que pour lui donner de l'eau éventuellement juste tremper les vers dans l'eau pour qu'il ait une goutte à chaque ver avalé (c'est suffisant)

- qu'il faut continuer car le plus difficile est de les faire accepter d'être nourri par l'homme donc pour mon interlocuteur nous avons toutes les chances de succès sur ce sauvetage.

- que ça peut durer 5-7 jours

- qu'il faudrait le rentrer en intérieur afin qu'il puisse faire ses premiers vols près de nous et continuer à se faire nourrir avant de partir pour de bon (c'est ma collègue absente dans le bureau de laquelle je l'ai mis qui va me remercier si...)

IMG_0265

IMG_0268

Ce coup de fil m'a boostée ! En plus, tout montre que ce que l'on fait convient car les fiantes (désolée pour les détails mais c'est un signe de santé...) sont bien blanches aujourd'hui alors qu'elles étaient vertes (mauvais signe !) hier.

 

Je l'ai quitté à 18h00, mais craignais que ça fasse trop long jusque 8h00 demain matin alors vers 21h00 je suis repartie le chercher et il va passer sa nuit chez moi dans la salle d'eau ;-). En fait, c'est Chéri-Chéri qui m'a poussée à retourner le chercher pour la nuit ; je le soupçonne d'avoir juste eu envie de le voir, et il en a ^ris la plus belle photo (ci-dessous).

J'ai proposé à ma collègue de lui choisir un nom. Je pensais à Piou-Piou (lol !) ou Juliet (pour Juillet) mais elle a trouvé le meilleur nom qui soit :

HOPE !

IMG_0271