J'ai cherché... en vain... Mais qu'est-ce que cette espèce de gros ver que j'ai remarqué un jour de juin au pied d'une plante aquatique ?

IMG_0187

IMG_0188

 

 

2 août : Je complète ici l'article car les premiers commentaires m'ont bien orientée :

Rien à voir à l'orginie avec la vie aquatique, j'ai d'abord cru à une chenille de "Grand Sphynx de la vigne" mais celle-ci est un peu différente  

http://voirdit.blog.lemonde.fr/2013/08/23/sens-trompeurs-et-chenille-du-grand-sphinx-de-la-vigne-deilephila-elpenor/

Alors j'ai continué mes recherches autour des sphynx et la réponse est : Sphinx de l'Epilobe ou Sphinx de l'Oenothère

http://www.lepinet.fr/especes/nation/lep/index.php?id=38020

C'est une espèce qui bénéficie d'une protection nationale alors qu'elle n'est pas "localisée". Elle s’explique... par le côté original et spectaculaire du papillon (on sait que parmi les candidats à ce genre de protection, on favorise davantage les Sphinx colorés que les Pyrales grisâtres...) mais aussi parce que le Sphinx de l’Epilobe a toujours été précédé d’une réputation de rareté, à notre avis un peu usurpée (ce qui ne fait pas l'unanimité).

Le papillon butine principalement les Silènes, les Orchidées, les Consoudes, les Sauges des Prés et Vipérines.

La chenille vit généralement sur les Epilobes (surtout Epilobium hirsutum et E. angustifolium), plantes des milieux humides, mais aussi parfois sur les Onagres (ou Oenothères), qui affectionnent plutôt les terrains alluvionnaires ou les remblais. Grâce à cette seconde plante nourricière, l’espèce peut donc se rencontrer au voisinage des villes. D’autres plantes ont également été citées, plus exceptionnellement, comme la Salicaire (Lythrum salicaria). Nous y voilà ! j'en ai deux plants autour de la mare, dont un est magnifique cette année justement !!!

IMG_0101

L’originalité de la chenille est de déroger à la sacro-sainte règle concernant les chenilles de Sphinx : elle ne porte pas d’appendice caudal en forme de corne. Cela dit, on lit parfois que la chenille du Sphinx de l’Epilobe est la seule dans ce cas en France, ce qui n’est pas exact. La chenille du Sphinx Chauve-Souris (Hyles vespertilio) ne porte pas non plus de « corne ».